Economisez jusqu'à 1000€ TTC par an sur votre facture d'électricité (1)

Appeler un conseiller
Appeler un conseiller 0800940180 (Appel gratuit)
Panneaux photovoltaïques et solaires

Quel est le vrai bilan carbone des panneaux photovoltaïques ?

Mis à jour le

ENGIE My Power bilan carbone

Les panneaux photovoltaïques permettent de créer de l’électricité verte à partir d’une énergie renouvelable, celle du soleil. Si le processus ne rejette a priori pas de CO2 dans l’atmosphère, des critiques sont régulièrement émises quant à leur bilan carbone. Alors, les effets positifs sont-ils suffisants pour compenser l’empreinte carbone liée à leur fabrication et leur transport ? Nous vous laissons découvrir la réponse.

Installez des panneaux solaires avec ENGIE My Power
Réalisez des économies sur votre facture d'électricité

Bilan carbone, empreinte carbone, de quoi parle-t-on ?

D’après la définition donnée par l’INSEE, l’empreinte carbone est la quantité de gaz à effet de serre, aussi appelés GES, « induite par la demande finale intérieure d’un pays ». Elle prend en compte les émissions issues de l’industrie, des ménages, de l’agriculture, des administrations publiques, etc. Pour calculer l’empreinte carbone d’un pays, il faut additionner les émissions de GES des foyers, de la production intérieure à destination du pays, mais également celles liées à des biens ou des services importés. On y soustrait les émissions liées aux produits exportés.

Le bilan carbone est une donnée assez proche de l’empreinte carbone. La différence est qu’elle ne prend en compte que les émissions de GES réalisées à l’intérieur des frontières d’un pays. Celles qui sont liées à la fabrication de produits importés ne sont pas comptabilisées.

On parle souvent du bilan carbone d’un pays, mais il est possible de calculer celui d’une entreprise, d’un secteur de l’industrie, ou même d’une personne.

 

Quel est le véritable impact environnemental du photovoltaïque ?

Lorsqu’on s’intéresse à l’impact écologique du secteur solaire, il faut prendre en compte 4 facteurs : la fabrication des panneaux, leur transport, leur utilisation et enfin leur fin de vie.

La fabrication

Malheureusement, la production des panneaux solaires est loin d’être neutre en émission de gaz à effet de serre.

Tout d’abord, les cellules photovoltaïques sont composées en grande majorité de silicium, un assemblage de sable et de quartz. Bien que ces minéraux soient présents abondamment sur Terre, il faut une grande quantité d’énergie pour les extraire et les transformer. La plupart des panneaux solaires sont aujourd’hui encore fabriqués en Chine, dans des usines qui fonctionnent avec des énergies fossiles.

Contrairement aux idées reçues, aucune « terre rare » n’est utilisée pour produire des panneaux solaires. Seuls le silicium et d’autres composants tels que l’aluminium, le verre ou encore le cuivre sont nécessaires.

Le transport

Encore une fois, beaucoup de panneaux solaires sont encore fabriqués en Asie. Leur transport se fait généralement sur des bateaux, qui contiennent plusieurs tonnes de panneaux. Bien que ce type de déplacement soit polluant, lorsque l’on rapporte les émissions de GES du transport à chaque pièce, celle-ci est en réalité assez faible.

Enfin, il faut souligner le fait qu’il existe de plus en plus de fabricants européens, voire même français. Il est donc possible de limiter encore plus les émissions liées à cette étape.

L’utilisation des panneaux

Bonne nouvelle : il s’agit de la phase la moins polluante ! En effet, produire de l’électricité grâce à des panneaux photovoltaïques n’émet aucun gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Cela a même un impact très positif, puisque cela permet de limiter l’utilisation des énergies fossiles pour répondre à ses besoins, et ce pendant 30 à 40 ans en moyenne.

La fin de vie

Enfin, lorsque les panneaux solaires ne fonctionnent plus, ils peuvent être recyclés à 95%.

Le verre, qui compose 80 % du panneau, est recyclable à l’infini tout comme l’aluminium du cadre. Le silicium peut être réutilisé 4 fois. Les connexions en cuivre et en argent peuvent elles aussi servir à nouveau. Seul le film plastique est difficilement recyclable, mais il peut tout de même être transformé en combustible solide de récupération, afin d’alimenter les cimenteries en énergie.

Même si le recyclage n’est pas neutre en carbone, il permet de réutiliser des matières premières sans avoir à les extraire et à les transporter. Cela reste moins énergivore que la fabrication de silicium à partir de quartz, dans des usines en Chine.

 

Quel est le bilan carbone du solaire photovoltaïque à l’heure actuelle ?

Selon l’ADEME, l’agence de la transition écologique, un panneau émet aujourd’hui en moyenne 40 à 55 grammes de CO2 par kW produit. On considère donc qu’il faut entre une et trois années pour amortir sa fabrication. Lorsqu’on sait qu’il peut produire de l’électricité verte pendant 30 à 40 ans, on peut vite comprendre que son impact environnemental reste largement positif.

Un panneau photovoltaïque produit 10 à 30 fois plus d’énergie verte au cours de sa vie que celle qui est nécessaire à sa fabrication. La majorité de ses matériaux est recyclable, il permet donc de produire par la suite des panneaux avec une empreinte carbone encore plus faible.

 

Les bonnes raisons de passer au solaire photovoltaïque

L’empreinte carbone des panneaux solaires, bien qu’elle se soit améliorée au cours des dernières années, est loin d’être neutre. Leur fabrication reste énergivore, tout comme leur transport. Ce n’est pas pour autant que l’impact environnemental global n’est pas positif, au contraire.

Les panneaux solaires vous permettent de fabriquer de l’électricité verte et locale pendant une durée moyenne de 30 à 40 ans. Ainsi, vous utilisez beaucoup moins d’énergie issue des fournisseurs de réseau. Vous êtes plus indépendant et subissez beaucoup moins les hausses de tarif.

Il s’agit également d’une belle opération financière, puisque cela vous permet de faire d’importantes économies sur vos factures d’énergie. Enfin, vous avez la possibilité de revendre votre surplus de production auprès d’EDF OA et ainsi bénéficier d’un complément de revenus chaque année.

Les panneaux photovoltaïques n’ont donc pas une empreinte carbone neutre : leur fabrication émet des gaz à effet de serre. Cependant, ils permettent de produire suffisamment d’électricité verte au cours de leur vie pour compenser cela. Au final, leur impact sur l’environnement est positif. N’oubliez tout de même pas que l’énergie qui pollue le moins est celle qu’on n’utilise pas : rester sobre dans sa consommation reste le meilleur moyen de diminuer son bilan carbone.

Est-ce que les panneaux solaires polluent ?

La fabrication et le transport des panneaux solaires émettent des gaz à effet de serre. Ces deux phases sont donc polluantes. Toutefois, leur utilisation est totalement neutre et ils permettent de produire de l’électricité verte pendant plusieurs dizaines d’années.

Est-ce que les panneaux solaires produisent du CO2 ?

L’utilisation de panneaux solaires n’émet pas de CO2 et permet de fabriquer de l’énergie à partir des rayons du soleil. Leur production et leur transport émettent quant à eux des gaz à effet de serre. Ils sont amortis en 1 à 3 ans grâce à l’électricité verte que les panneaux solaires permettent de produire.

Est-ce que les panneaux solaires sont recyclables ?

Les panneaux solaires sont recyclables à 95 % en moyenne. Il existe en France depuis 2007 un éco-organisme à but non lucratif chargé de collecter les panneaux solaires pour les recycler. Il s’agit de PV Cycle.