Panneaux photovoltaïques et solaires

Maison autonome : comment atteindre l’autosuffisance ?

Mis à jour le

maison autonome

Imaginez : une maison énergétiquement autonome, qui ne dépend d’aucun réseau public pour sa production d’électricité, de chauffage et d’eau sanitaire. Cela laisse songeur, et pourtant, cela existe !

Les maisons autonomes promettent en effet d’atteindre l’autosuffisance énergétique. Nous allons vous expliquer en détail quels sont les équipements nécessaires à installer et les avantages que procure une maison autosuffisante. Le coût d’un tel projet est élevé, mais vous verrez que des aides financières sont possibles.

Découvrir la solution ENGIE My Power

Maison autonome : voici une définition simple et claire

Une maison autonome est un logement qui permet de subvenir lui-même aux besoins de consommation des personnes qui l’habitent. De ce fait, ce type d’habitation n’est pas relié au réseau public d’acheminement d’eau potable, d’électricité ou encore de gaz.

L’autonomie peut être imposée par l’isolement géographique de la maison (forêt, campagne, montagne). Dans ce cas, vivre en autosuffisance est nécessaire. Elle peut également être choisie par ses habitants, qui souhaitent devenir indépendants énergétiquement pour des raisons écologiques ou économiques. La maison reste alors généralement reliée aux réseaux d’approvisionnement et ses habitants essaient de ne pas avoir recours à une énergie supplémentaire que celle qui est produite sur place.

 

Devenir autonome en électricité, chauffage et eau

Lorsqu’une maison vise l’autosuffisance énergétique, il y a trois facteurs à prendre en compte : l’électricité, le chauffage et l’eau (l’eau chaude étant généralement assurée par le système de chauffage). Détaillons point par point les équipements nécessaires pour atteindre l’autonomie pour ces trois besoins en énergie.

Produire de l’électricité dans une maison autonome

La façon la plus simple pour produire de l’électricité dans une maison est d’y installer des panneaux photovoltaïques. Ceux-ci captent les rayons du soleil et les transforment en courant continu. Avec un onduleur solaire, le courant continu est converti en courant alternatif, capable d’alimenter vos appareils ménagers.

Il est nécessaire de bien analyser ses besoins et d’installer suffisamment de panneaux solaires. En effet, il n’est pas possible de les compléter grâce à l’électricité provenant du réseau.

Il est également nécessaire de se munir d’une ou plusieurs batteries de stockage. Celles-ci ont pour rôle de conserver des kilowattheures produits pendant que le soleil brille, afin que vous puissiez utiliser de l’électricité plus tard, le soir ou le matin.

Il est aussi possible d’installer une éolienne afin de produire de l’électricité. Cependant, les contraintes sont bien plus grandes quant à la zone d’implantation (l’exposition au vent doit être importante). Aujourd’hui, le coût reste beaucoup plus élevé que pour des panneaux solaires, et les contraintes sont nombreuses.

Différentes possibilités pour se chauffer

Avant même de penser à chauffer sa maison, il est primordial de bien l’isoler. En effet, une maison mal isolée est très difficile à chauffer et atteindre l’autonomie y est presque impossible. L’orientation du logement et donc son exposition aux rayons du soleil joue également un rôle important. Ainsi, des pièces de vie exposées plein Sud seront plus faciles à chauffer.

Tout d’abord, l’installation d’un chauffage solaire est une option intéressante, notamment sous la forme d’un chauffage solaire combiné (CSC). En effet, celui-ci permet la production d’eau chaude sanitaire, mais également de chauffage grâce à un ballon de stockage.

Des panneaux aérovoltaïques sont aussi à envisager puisqu’ils produisent à la fois de l’électricité et de la chaleur.

Enfin, des systèmes plus classiques comme un poêle à bois ou une chaudière à granulés permettent de se chauffer efficacement sans avoir recours au réseau électrique. Un poêle hydro disposant d’un circuit de chauffage produit également de l’eau chaude.

Atteindre l’autonomie en eau : un vrai challenge

L’autonomie en eau reste le point le plus difficile à atteindre en France : la liaison au réseau d’eau national y est obligatoire, et l’utilisation d’eau de pluie en tant qu’eau potable est interdite.

Il est tout de même possible d’installer un système de récupération des eaux de pluie et de la traiter afin de pouvoir l’utiliser pour la machine à laver, les toilettes ou encore l’arrosage. Pour atteindre un niveau proche de l’autonomie, il est nécessaire de diminuer sa consommation au maximum.

 

Avantages et inconvénients d’une maison autosuffisante

Une empreinte environnementale réduite

L’atout principal d’une maison autosuffisante en énergie est son impact environnemental très faible. Sa construction et les matériaux qu’elle utilise ne sont pas neutres en émissions de CO2, mais l’empreinte carbone de la maison reste mineure au regard du nombre d’années d’utilisation de celle-ci.

Une maison autosuffisante permet également d’être indépendant des réseaux d’électricité, de gaz et d’eau. Vous n’avez donc aucun abonnement à souscrire. À long terme, les économies que vous effectuez sur vos factures deviennent intéressantes.

Le principal frein : un investissement important est nécessaire

C’est l’inconvénient principal de ce type d’habitation : l’investissement de départ reste très élevé. Pour la partie électricité par exemple, vous devez prendre en compte le prix des panneaux solaires, des batteries de stockage, de l’onduleur.

Le budget à prévoir pour rendre une maison autosuffisante en énergie dépend de son niveau d’isolation initial, de sa surface et des habitudes de consommation de ses occupants. Enfin, il faut avoir conscience que n’étant pas raccordé aux différents réseaux, toute panne d’un des appareils servant à chauffer ou à produire de l’électricité peut s’avérer très problématique.

 

Les aides financières

En cas de construction d’une maison autonome, aucune aide de l’État n’est malheureusement prévue. En effet, les aides attribuées par celui-ci concernent essentiellement les logements utilisés en tant que résidence principale et construits depuis un certain nombre d’années.

La TVA à taux réduit

Pour l’installation de panneaux solaires d’une puissance inférieure à 3 kWc, la TVA appliquée est de 10 %. Attention : en autosuffisance, il est possible que cette puissance soit trop faible pour couvrir vos besoins. Concernant l’installation de panneaux thermiques, vous pouvez bénéficier d’une TVA réduite à 5,5 %, ces travaux étant considérés comme de la rénovation énergétique.

L’éco-prêt à taux 0

Pour favoriser les travaux de rénovation énergétique, l’État a mis en place un éco-prêt à taux 0. Il permet aux particuliers de contracter un prêt pouvant aller de 7000 € à 30 000 €. Ce prêt est sans intérêt et requiert quelques conditions, comme le fait de passer par une entreprise certifiée RGE ou encore l’utilisation du logement comme résidence principale.

MaPrimeRénov’

Cette prime remplace le Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique (CITE). Elle permet d’offrir un coup de pouce financier pour l’installation, par exemple, de panneaux solaires thermiques ou aérovoltaïques.

Les aides locales

Votre commune, votre département ou votre région propose peut-être des aides financières qui peuvent vous aider à financer votre projet de maison autonome. Renseignez-vous auprès de votre mairie, du conseil général ou régional, afin de connaître toutes les subventions auxquelles vous pouvez prétendre.

Atteindre l’autosuffisance énergétique dans son logement est difficile à atteindre, mais pas impossible. Pour cela, il est impératif d’installer des équipements capables de créer de l’électricité, de produire du chauffage et de récupérer les eaux pluviales pour un usage sanitaire. Dans ce cadre, les panneaux photovoltaïques et thermiques sont très utiles. L’investissement à effectuer est important, mais permet d’avoir un impact environnemental limité et de faire des économies durables sur les factures d’eau, de gaz et d’électricité.

Quelle est la différence entre autonomie et autoconsommation ?

Lorsque vous consommez l’électricité que vous produisez, vous êtes en autoconsommation. Dans la plupart des cas, votre maison est tout de même raccordée au réseau électrique, et vous pouvez donc acheter le surplus d’électricité dont vous avez besoin pour faire fonctionner tous vos appareils. Être autonome signifie que vous consommez uniquement une électricité produite sur place. Vous êtes donc en autoconsommation totale.

Qu’est-ce qu’une maison passive ?

Une maison passive n’a pas besoin de système de chauffage central. Cela est possible grâce à une orientation plein sud, de grandes ouvertures permettant de laisser entrer la lumière, et une très bonne isolation thermique. Tous ces aménagements réduisent considérablement les besoins en chauffage de l’habitation.

Peut-on bénéficier de la prime à l’autoconsommation pour rendre sa maison autonome ?

Une des conditions pour profiter de la prime à l’autoconsommation proposée par l’État est de raccorder son logement au réseau électrique. Si vous ne souhaitez pas qu’il soit raccordé, vous ne pourrez donc pas bénéficier de cette prime.