Panneaux photovoltaïques et solaires

Achat de panneaux solaires : ce qu’il faut intégrer

Mis à jour le

Achat de panneaux solaires

Si votre installateur vous guidera dans le choix des différents modules à acquérir en vue de l’installation de panneaux solaires, on vous décrypte élément par élément ce qui devra être pris en compte.

L’achat de cellules photovoltaïques

Les cellules peuvent être achetées par lots. Chacune d’entre elle ne génère qu’une petite quantité d’électricité, et il faut les assembler en série et en parallèle, grâce à des soudures, pour qu’elles produisent une tension et un courant électrique. En raison de la fragilité des cellules, ce travail est à réserver à des spécialistes… Une fois que les cellules sont assemblées, des éléments sont ajoutés pour garantir protection et ajustement à la structure souhaitée : c’est le cas de l’encapsulant, des couvertures extérieures et postérieures pour la transmission lumineuse, de l’encadrement en métal pour l’étanchéité…

 

L’achat de panneaux solaires photovoltaïques

Intégrés ou non au bâti, ce n’est qu’à ce stade de fabrication, après assemblage des cellules et ajout des différents éléments, que l’on parle de « modules photovoltaïques », tels qu’ils sont aussi commercialisés directement, seuls ou dans des « kits ». A ces panneaux sont reliés des câbles pour transporter l’électricité produite, généralement traités anti-UV à l’extérieur.

>> A lire aussi : combien coûte un panneau solaire ? Et installation photovoltaïque ?

Installer des panneaux solaires
d'économies sur votre facture d'électricité
Jusqu'à 750€TTC (1)

En matière de photovoltaïque, le respect des normes, c’est automatique !

Exigez pour vos modules la garantie du constructeur ainsi que les éléments suivants :
- Référence à la norme NF-EN-CEI 61215 pour le silicium cristallin.
- Référence à la norme NF-EN-CEI 61646 pour les couches minces.
- Référence à la norme NF-EN-CEI 61730 relative à la sûreté de fonctionnement des modules photovoltaïques.

L’achat d’un onduleur photovoltaïque

Avec son apparence simple – un boîtier fixé au mur – il a un rôle essentiel, et deux objectifs :

  • transformer le courant continu produit en courant alternatif,
  • couper le courant venant de votre installation si le réseau est mis hors tension, pour assurer la sécurité du personnel d’intervention.

La durée de vie d’un onduleur photovoltaïque est d’environ dix ans.

 

L’achat de compteurs

Comme leur nom l’indique, les compteurs de production servent à mesurer ce que produisent vos modules, et les compteurs de consommation permettent de comptabiliser votre consommation. Ils sont installés sur deux branches différentes si l’intégralité de votre production est injectée dans le réseau, et sur la même branche si vous consommez l’énergie produite et ne réinjectez que le surplus.

 

L’achat d’une batterie solaire

Batterie gel, lithium, à électrolyte liquide… Quel que soit son type, elle est destinée à stocker l’énergie électrique pour la restituer quand la demande électrique est supérieure à la production : nuit, hiver trop long, pic de consommation…  Deux critères principaux sont donc à prendre en compte lors de l’achat d’une batterie : un bon rendement de charge, pour stocker le maximum d’électricité, et une faible autodécharge, pour qu’une fois stockée, l’énergie ne soit pas perdue.

Bon à savoir : une bonne acceptation de la charge et une faible décharge favorisent aussi la durée de vie des batteries solaires, qui subissent un grand nombre de cycles charge / décharge, en fonction des saisons mais aussi des moments de la journée.

Simulez vos économies solaires

Et l’achat d’un panneau solaire thermique ?

Concernant les panneaux thermiques, dans le cas d’un chauffe-eau solaire individuel (CESI) comme d’un système solaire combiné (SSC), l’achat d’un panneau implique aussi celui :
- de canalisations pour véhiculer la chaleur,
- d’un thermostat pour commander le fonctionnement,
- d’une pompe pour faire circuler le fluide caloporteur,
- d’un ballon échangeur pour stocker l’eau chaude,
- d’un dispositif d’appoint pour pallier le manque d’ensoleillement.

(1)Le calcul des économies est réalisé à partir de données de production issues du site PVGis (prenant en compte l’inclinaison et l’orientation du toit), de données de consommation estimées grâce à la date de construction du logement et le nombre d’occupants (références obtenues avec le rapport RAGE 2014, ADEME) et d’un taux d’autoconsommation fixé à 90%.

Le montant en euros est calculé en multipliant les kWh autoconsommés (production solaire multipliée par le taux d’autoconsommation) avec un prix du kWh fixé à 0,1916€ pour les 10 prochaines années. Ce prix est défini sur base du tarif réglementé Heures Pleines 9kVA applicable au 1er août 2019 sur lequel est appliqué une augmentation de 2,5% par an sur les 10 prochaines années. Informations données à titre indicatif, qui ne tiennent pas compte des habitudes de consommation, du contrat d’énergie souscrit et de l’éventuelle revente sur le réseau.

Exemple pour 750€ d’économies / an : maison située à Nice (06), orientée plein sud, inclinaison du toit 35° par rapport à l’horizontal, logement construit avant 1948, surface de 100 m², chauffage et eau chaude sanitaire fonctionnant à l’électricité, composé de 4 personnes et puissance installée de 3.0kWc.